Selon le Korea Herald, la Commission européenne aurait suspendu l'examen de l'acquisition de Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering par Hyundai Heavy Industries dans le contexte de la pandémie de coronavirus.

La Commission européenne a suspendu l'examen de la fusion entre les deux chantiers navals sud-coréens HHI et DSME, en raison des « complexités et des perturbations causées par le coronavirus ». Selon la direction générale de la concurrence de l'UE, les services risquent de rencontrer des difficultés pour collecter des informations auprès de tiers, tels que les clients, les concurrents et les fournisseurs, dans les semaines à venir, a justifié la DG concurrence. Les entreprises sont donc invitées à reporter jusqu'à nouvel ordre les notifications de fusion initialement prévues. En novembre, HHI avait soumis à l'UE son examen principal de sa fusion avec DSME, qui a complété la première étape de l'examen préliminaire en deux étapes.

La réalisation de la fusion des chantiers navals nécessite l'approbation des autorités antitrust de la Corée du Sud, de l'Union européenne, du Japon, de la Chine, de Singapour et du Kazakhstan, qui a notifié son approbation en 2019.

Fin janvier, dans un contexte de relations tendues entre les deux pays, le Japon avait déposé ce 31 janvier une requête auprès de l’OMC, estimant que les subventions que la Corée du Sud aurait accordées à ses chantiers navals aurait nui aux homologues nippons. Le Japon était aussi à l’initiative d’un action similaire en 2018 pour les mêmes raisons.

La rédaction