La Chine impose des restrictions de 14 jours sur les navires et le personnel en provenance des pays les plus touchés par le coranavirus

La Chine, qui n'a enregistré aucun nouveau cas de Covid-19 pour la seconde journée depuis qu'elle a rendu publics les chiffres quotidiens sur l'épidémie, a détaillé un ensemble de nouvelles règles limitant l'accès des étrangers au pays, lourd d’enjeux pour le commerce intra-asiatique.

La Chine a considérablement renforcé le contrôle de quarantaine des navires faisant escale dans les ports du pays. Soit le Royaume-Uni, la Suisse, la Suède, la Belgique, la Norvège, les Pays-Bas, le Danemark, l'Autriche, la Corée du Sud, le Japon, l'Iran, l'Italie, la France, l'Espagne, l'Allemagne et les États-Unis, une liste qui devrait s'allonger à mesure que la pandémie s'étend aux pays moins développés du monde entier.

La décision n'affecterait pas tant les navires en provenance d'Europe ou des États-Unis mais pourrait obliger les services intra-asiatiques à réorganiser leurs escales dans les ports sud-coréens et japonais. La règle des 14 jours a été instaurée pour la première fois par l'Australie à l'égard des navires en provenance de Chine le mois dernier.

Selon Yang Xinzhai, directeur adjoint de l'administration chinoise de la sécurité maritime (MSA), il y aurait en moyenne environ 500 navires et 7 000 membres d'équipage faisant escale dans les ports chinois. Plusieurs grands ports, dotés de technologies de pointe (big date), disposeraient de moyens pour identifier les provenances des navires et les classer en différents niveaux de risque.

La rédaction