Qatar Petroleum, le géant pétrolier public qatari, a lancé un appel d'offres pour ce qui pourrait être le plus important programme de construction de nouveaux méthaniers de l'histoire.

L'appel d'offres, dont il est question aujourd'hui, avait « fuité » en marge de la 19e Conférence internationale sur le gaz naturel liquéfié à Shanghai (LNG2019). Saad Sherida Al-Kaabi, ministre de l'Énergie du Qatar et PDG de Qatar Petroleum avait alors laissé entendre le Qatar allait lancer, d'ici fin avril, un nouvel appel d'offres pour d'autres méthaniers alors qu'en février 2019, le PDG de Qatar Petroleum avait confirmé une commande pour 60 nouveaux méthaniers.

Outre l'augmentation de sa capacité de production de GNL en lien avec différents investissements et notamment le projet NFE, le Qatar anticipe sur les besoins de transport d'Ocean LNG, une coentreprise entre Qatar Petroleum (70 %) et ExxonMobil (30 %) créée dans le cadre du projet Golden Pass LNG aux Etats-Unis. Il comprend également des options pour le renouvellement de la flotte de GNL existante du Qatar. La commande pourrait porter à terme sur 100 nouveaux méthaniers au cours de la prochaine décennie.

À cet effet, l'émirat a visité plusieurs chantiers en Chine, au Japon et en Corée ces dernières semaines. La Corée du Sud reste confiante car la précédente grande commande emise par l'émirat du Golfe, entre 2004 et 2007, avait échu aux trois principaux chantiers navals sud-coréens. Les Chinois, qui viennent de développer un méga méthanier de 270 000 m³, défendent sans doute âprement leurs intérêts.

Les perspectives du transport maritime de GNL ont stimulé la construction des méthaniers, à en juger par données de VesselsValue : 101 méthaniers ont été commandés depuis janvier 2018, contre seulement 17 en 2017. Les taux au comptant des transporteurs de GNL ont également augmenté de plus de 100 % par rapport aux niveaux de 2017.

La rédaction