Le gouvernement sud-coréen a annoncé qu’il allait contribuer au financement du premier souteur de GNL en ship-to-ship. Avec la capacité d’avitailler deux navires simultanément.

Le ministère sud-coréen du Commerce, de l’Industrie et de l’Énergie a annoncé que l’État allait contribuer pour 12,4 M$, soit à hauteur d’environ 30 %, à la construction du premier navire avitailleur en GNL du pays. Pour l’heure, le soutage en GNL n’y est possible que par camions-citernes. Ce futur avitailleur aura une capacité de 7 500 m3 lui permettant de pouvoir ravitailler deux navires.

Le chantier qui le construira n’a pas encore été désigné mais il est prévu qu’il entre en service en 2022. L’année où Heavy Samho Heavy Industries livrera à H-Line deux minéraliers de 180 000 tpl propulsés au GNL charterisés par le sidérurgiste coréen Poso pour le transport de minerai de fer entre l’Australie et la Corée.

Mise à l’eau du premier souteur de GNL à Singapour

La compagnie coréenne débutera aussi à peu près à la même date l’exploitation de deux navires supplémentaires du même type pour le compte de Hyundai Steel, un autre sidérurgiste coréen.

Les annonces s’enchâssent. Il y a quelques jours, FueLNG, une entreprise commune entre Keppel Offshore & Marine et Shell Eastern Petroleum, a également annoncé que le premier souteur singapourien avait été mis à l'eau le 28 mai au chantier naval de Keppel Nantong en Chine. Le navire d’avitaillement d’une capacité de 7 500 m3 doit être livré au quatrième trimestre de cette année. Le navire, qui peut fonctionner à la fois au GNL et au diesel marin, est construit selon le modèle propriétaire MTD 7500U LNG, développé par la branche technologique de Keppel.

T.J.