Après une année record en 2018, la demande de gaz va croître ces prochaines années mais à un rythme moins soutenu, avec l'essoufflement de la croissance et du remplacement du charbon, indique l'Agence internationale de l'énergie.

La demande mondiale de gaz a augmenté de 4,6 % en 2018, niveau jamais atteint depuis 2010, tirée par la demande de la Chine et les États-Unis selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE). Cette dynamique a été alimentée par le remplacement du charbon, très polluant, la croissance économique ainsi qu'une météo favorable.

En 2019, la croissance devrait être moins marquée du fait de la concurrence des renouvelables et du charbon : d'ici à 2024, elle devrait se poursuivre à un rythme annuel de 1,6 %, tirée par l'industrie et la Chine.

Si le gaz présente un bilan environnental plus favorable que certaines autres énergies, notamment quand il est utilisé comme carburant alternatif pour les navires, il a ses propres défis à relever, indique l'AIE. Le gaz naturel émet du méthane, un gaz qui a une empreinte plus forte que le CO2 du point de vue du réchauffement climatique. 

La rédaction