La fiabilité horaire des compagnies selon Sea-Intelligence (données arrêtées au premier trimestre 2020) ©PixelPour JMM

Les porte-conteneurs ont atteint un nouveau palier en termes de ponctualité, selon Sea-Intelligence. Les mauvaises performances des compagnies sont enregistrées au moment où les tarifs explosent. Une situation de nature à générer de nouvelles tensions.

Moins de navires en mer ne signifie pas pour autant plus de ponctualité, selon un dernier baromètre établi par Sea-Intelligence qui, depuis 2011, mesure la fiabilité des horaires des porte-conteneurs. Alors que les taux de fret s'envolent sur certaines routes et sont susceptibles de générer de nouvelles tensions entre chargeurs et armateurs, « les porte-conteneurs du monde entier n'ont jamais été aussi mauvais pour arriver à l'heure », tacle Lars Jensen, le dirigeant du cabinet de consultants.

En août, un peu plus d'un porte-conteneurs sur trois est arrivé en retard. La fiabilité globale des horaires de la ligne régulière s'est élevée à 63,7 %, soit le niveau le plus bas jamais enregistré depuis l’instauration de cette mesure. Il s'agit d'une baisse considérable de 15 % par rapport au mois d'août de l'année dernière, estime Sea-Intelligence Consulting.

« Cela est probablement dû en partie à une variété de problèmes opérationnels en lien avec la pandémie. Mais quelles que soient les raisons, les chargeurs connaissent une forte baisse de la qualité de service à un moment où les taux de fret atteignent de nouveaux records », alerte Lars-Jensen. 

La discipline du juste à temps dans le secteur maritime ?

Hamburg Süd, meilleur respect du transit time

Hamburg Süd (groupe Maersk), reste invariablement selon les années l'opérateur le plus fiable dans le secteur des conteneurs. En août, un peu plus d'un quart des navires de Hamburg Süd sont arrivés à temps. La compagnie précède Maersk, APL et MSC.

Sur 60 compagnies maritimes, seules sept ont amélioré leur performance en matière de fiabilité des horaires en août par rapport à juillet. Et en l’occurrence, ce sont tous des « petits transporteurs », positionnés sur des niches.

Une fiabilité qui se dégrade de trimestre en trimestre

Sur le premier trimestre, le taux moyen de fiabilité des 15 premiers transporteurs s’était établi à 67,9 %. Il s’agissait alors du troisième trimestre consécutif de repli. 

En 2019, Hamburg Süd a dépassé la compagnie chinoise Wan Hai en termes de ponctualité alors que la taïwanaise Yang Ming était reléguée en queue du classement, avec une régularité très moyennement respectée (59,7 %). En l’occurrence, elle est assez constante dans cette tendance : elle est la moins bien classée parmi les 15 premiers transporteurs mondiaux depuis 2017. In fine, l’an dernier, aucune compagnie n’a enregistré une quelconque amélioration, dix d’entre eux accusant même une baisse à deux chiffres à l’instar d’OOCL, qui s’est distinguée par la plus forte dégradation de ses services (-14,1 %).

Avec un taux de fiabilité de 66 à 67 % alors qu’il était autour de 73 % un an auparavant, le 4e armement mondial de porte-conteneurs, CMA CGM, figure au 8e rang du classement de Sea-Intelligence, devant Cosco, mais loin derrière le danois Maersk et le sud-coréen HMM.

A.D.