Deux des cinq commissaires maritimes de la Federal Maritime Commission des États-Unis, en charge de la réglementation du transport maritime, ont déclaré vouloir intensifié la surveillance sur la manière dont les alliances réduisent et augmentent la capacité en réponse à la baisse des volumes de conteneurs due à la pandémie.

Carl Bentzel et Daniel Maffei ne cherchent pas à ouvrir de façon formelle une enquête mais estiment justifié d’examiner de plus près les suppressions de services et les impacts sur le marché. Les deux commissaires se disent pas « totalement satisfaits » de la façon dont les transporteurs notifient au FMC les blank sailing. 

En vertu de la loi de 1984 sur le transport maritime, les alliances maritimes dans la ligne régulière peuvent annuler ou modifier des serivces, à condition que cela soit fait pour adapter la capacité à des volumes plus faibles et que cela n'entraîne pas une « réduction déraisonnable des services de transport » ou « une augmentation déraisonnable des coûts ». 

Conteneur : les compagnies maritimes pourraient bien créer la surprise

Pour adapter leur offre à une demande complètement atone, les transporteurs ont considérablement réduit les services, ce qui leur a permis de maintenir les taux de fret voire de maintenir à niveau leur marge d’exploitationCertains transitaires et propriétaires de cargaisons ont accusé les transporteurs de réduire la capacité de manière trop agressive afin de pouvoir maintenir - et même augmenter - les taux de fret au comptant, qui, au 17 juillet, étaient en hausse de près de 70 % par rapport à l'année précédente dans le trafic transpacifique vers l'Est. Les compagnies de transport de conteneurs rétorquent qu'elles ajustent leurs capacités en se basant sur des prévisions de volume incertaines, la pandémie ne permettant pas d’estimer avec précision la demande au-delà des quatre à huit semaines à venir.

Fin avril, la FMC a formalisé une réglementation visant à l'aider à évaluer si les surestaries et les frais de détention perçus répondent aux raisons pour lesquelles ils ont été conçus.

La rédaction
 

Blank sailing et profits : le sujet clivant