La Russie annonce qu'elle ne sera pas en mesure de respecter l'IMO 2020 sur le plafonnement du soufre dans les carburants marins dans ses eaux intérieures.

Sur la base d'une déclaration du ministre russe de l'énergie, Alexander Novak, à l'agence Bloomberg, la Russie rejoindrait la liste des pays – le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Bélarus et l'Arménie – à déclarer que la hausse des prix du bunker consécutive à la mise en oeuvre des règles de l'OMI 2020 pourrait s'avérer trop lourde pour les armateurs nationaux. Elles « entraîneront une forte hausse du prix du carburant pour la flotte fluviale et les navires fluviomaritimes, qui opèrent principalement dans les eaux territoriales de la Russie », a déclaré Alexander Novak, qui a précisé que Russie se conformera aux normes de l'OMI 2020 dans les eaux internationales.

En revanche, les ministères de l'Énergie et des Transports chercheraient à reporter la réglementation dans les eaux intérieures jusqu'en 2024. Les raffineurs russes sont l'un des principaux producteurs de fioul lourd destiné au transport maritime et n'ont pas encore complètement opté pour les carburants à faible teneur en soufre.

La rédaction