Le cours de l'aluminium reprend des couleurs à la faveur d'un ralentissement de la production en avril, mais les perspectives de prix restent défavorables.

D’après l'Institut international de l'aluminium, la production mondiale était en recul de 0,6 % sur un an en avril, ce qui apporte un bol d'air pour les prix. Mais cette production « reste à un niveau élevé et se heurte toujours à une faible demande », a estimé un analyste de Commerzbank. Et l’écart gonfle inexorablement les stocks. 

Selon des données rendues publiques le 20 mai par le Bureau mondial des statistiques sur les métaux (WBMS), le marché de l'aluminium était excédentaire de 709 000 t sur la période allant de janvier à mars 2020, soit presque autant que sur l'ensemble de l'année 2019. Un spécialiste de SEB s’attend pour sa part « à un excédent de 3 à 6 Mt en 2020, et de l'ordre de 3 Mt également en 2021. La hausse des prix reste limitée et devrait s'approcher de 1 600 $ la tonne à mesure que l'économie mondiale redémarrera. » Sur le London Metal Exchange, la tonne d'aluminium pour livraison dans trois mois s'échangeait à 1 503,50 $ le 22 mai contre 1 462 $ la semaine précédente.

La rédaction