Le Mozambique chercherait à reprendre le contrôle d’un port qui lui est stratégique pour l'exploitation gazière mais actuellement aux mains des djihadistes, rapporte l’AFP. 

Depuis le 12 août, des islamistes affiliés au groupe État islamique occupent la ville portuaire de Macimboa da Praia. Ce port stratégique dans le Nord du Mozambique est utilisé notamment pour ravitailler les installations gazières du site offshore d'Afungi (60 km plus au nord), qui abrite un mégaprojet de gaz naturel liquéfié (GNL) auquel participe le groupe français Totalaux côté de l'américain ExxonMobil et de l'italien Eni. D’un investissement de 60 Md$, ce projet, situé dans la province du Cabo Delgado à la frontière avec la Tanzanie, est l'un des plus important investissement sur le continent africain depuis des décennies. Pays pauvre, le Mozambique mise sur l'exploitation du gaz pour augmenter ses revenus et devenir l'un des principaux exportateurs de gaz naturel au monde.

Garantie à hauteur de 1,5 Md$

L'Agence américaine de financement pour le développement international (DFC) vient de « donner son accord pour garantir à hauteur d'1,5 Md$ contre les risques politiques, afin de soutenir la commercialisation des réserves de gaz naturel » dans le bassin de Rovuma au Mozambique, a indiqué l'ambassade dans un communiqué. Cette garantie couvrira la construction et l'exploitation d'une usine de liquéfaction de gaz naturel.

Province pauvre à majorité musulmane, la région est en proie depuis 2017 à de violentes attaques de groupes islamistes récemment affiliés au groupe Etat islamique (EI). Les violences ont jusqu'à présent causé la mort de plus de 1 500 personnes et fait plus de 250 000 déplacés parmi la population, selon des ONG et l'ONU. Malgré les promesses répétées du président Filipe Nyusi, l'envoi de renforts militaires et le recours à des mercenaires étrangers, le régime de Maputo s'est révélé jusque-là incapable de ramener l'ordre.

La rédaction