Construit par Hudong-Zhonghua Shipbuilding, le premier souteur GNL de Total a été mis à l'eau. Il résulte de l’accord entre Total Marine Fuels Global Solutions (TMFGS) et Mitsui O.S.K. Lines (MOL). Le groupe français affrétera le Gas Agility (135 m, 18 600 tpl) sur une base à long terme pour fournir du GNL en Europe du Nord. L’avitailleur, qui doit être livré en janvier 2020, est adapté au soutage des grands porte-conteneurs, tels que les neuf unités de 23 112 EVP de CMA CGM. Les deux Français ont d’ailleurs conclu en février 2018 un accord selon lequel le futur Gas Agility fournira 300 000 t de GNL par an à ces mégamax pendant une période d'au moins 10 ans. Le souteur est équipé de réservoirs de 18 600 m3 fournis par la société française GTT. Cette capacité autorisera une rotation complète (aller-retour) entre l’Asie et l’Europe du nord, soit une consommation estimée de 17 000 m3 de GNL.

Se revendiquant parmi les premiers acteurs privés du GNL, position acquise notamment par croissance externe (notamment avec l'acquisition des activités amont d'Engie), Total a vendu 22 Mt de GNL en 2018. Il a lancé par ailleurs un appel d’offres pour la construction d’un avitailleur en GNL qui sera positionné au port de Marseille-Fos. Il pourrait bien avitailler les 15 000 EVP de CMA CGM, a annoncé Rodolphe Saadé à l'occasion du baptême de la « promotion Jacques Saadé » de l’ENSM

Total n’est pas le seul à s’être positionné sur l’avitaillement en GNL. Shell a mis en service en 2017 sur le continent européen le Cardissa, un navire de 6 500 m3 construit spécialement à cet effet, tandis qu'une coentreprise entre Engie, Mitsubishi, NYK et Fluxys, opère le Engie Zebrugge (5 000 m3). En 2018, Nauticor a introduit le Kairos (7 500 m3). Adaptés à l'approvisionnement de petits tonnages, ils ne permettent pas de remplir d'un seul coup les navires océaniques.

La rédaction