©DR​

À fin juin, les douze principaux ports indiens, qui représentent plus de la moitié des volumes maritimes du pays, ont accusé une perte de trafic de l’ordre de 20 % par rapport à la même période de 2019. 

Les mesures de confinement drastiques en Inde ont coûté quelques points de croissance aux ports indiens, rapporte Reuters. Les douze premières places portuaires du géant asiatique, toutes gérées par l'État, ont traité 141,9 Mt de marchandises contre 176,7 Mt l'année précédente, selon les données de l'IPA, l’Association des ports indiens. En cause, la baisse des flux à traiter dans les domaines du pétrole brut, du charbon et des conteneurs. En revanche, le trafic de minerai de fer a augmenté de 18,83 %, ce qui résulterait d'une augmentation des exportations due à la faible demande locale d'acier et au déstockage des fabricants miniers de l'État de Goa, au sud-ouest du pays.

Charbon en chute libre

Les exportations devraient s’affaiblir dans les mois à venir. L’activité reprenant ses droits en Inde, la demande locale va être stimulée. Aussi, la réouverture progressive des économies de par le monde réactive la logistique et l'approvisionnement en minerai de fer. En revanche, les importations de charbon thermique (utilisé dans les centrales électriques) ont chuté de près de 35 % en raison de la réduction de la demande d'électricité. La demande de charbon à coke est également en baisse de 29 % en raison de la baisse de la demande locale et de la production d'acier. Les principaux ports représentent 20 à 25 % des importations annuelles du charbon destiné aux hauts-fourneaux en Inde.

Cinq des douze ports ont traité 63 % de toutes les expéditions, Paradip, sur la côte Est, ayant le trafic le plus important.