La société de vérification des carburants de Lloyd's Register a signalé un problème à Houston, un des principaux hub de soutage américains. Selon les tests effectués par AmSpec Services, 60 % des mélanges proposés pour la fabrication du fuel à faible teneur en soufre (0,5 %), ne respectent pas les spécifications relatives aux sédiments. 

Ces dernières semaines, Fobas, la société de vérification des carburants appartenant au Lloyd's Register, a multiplié les alertes quant à la présence de carburants non conformes, notamment sur le continent européen et à Singapour. Le cas d’un navire utilisant du VLSFO fabriqué à partir de schistes bitumineux en Estonie a particulièrement inquiété pour les dommages causés sur les moteurs et les systèmes. Les schistes bitumineux, qu’il ne faut pas confondre avec les sables bitumineux et les gaz de schiste, qui eux n’ont pas besoin d’être traités pour obtenir du pétrole, sont des roches sédimentaires contenant du kérogène, converti en pétrole et gaz combustible par pyrolyse. Des études estiment que la production de carburants, issus de ce pétrole dit « inachevé », génère des émissions de CO2 sensiblement plus importantes que les carburants dits conventionnels.

Cette fois, c’est à Houston qu’un problème est signalé avec un problème similaire : un excès de sédiments qui bloquent les filtres. Selon les tests effectués par AmSpec Services, 60 % des mélanges proposés pour la fabrication du fuel à faible teneur en soufre (0,5 %), ne respectent pas les spécifications relatives aux sédiments. 

La question de l’approvisionnement en carburants conformes est particulièrement sensible alors que la nouvelle réglementation OMI sur les carburants marins vient d’entrer en vigueur. Du travail en perspective ces prochaines semaines pour les avocats, juristes et assureurs...

La rédaction