Une étude réalisée par l'Observatoire des politiques commerciales du Royaume-Uni, basé à l'Université du Sussex, sur le potentiel des ports francs en Grande-Bretagne, parvient à la conclusion que des ports avec des règles et des droits de douane assouplis auraient peu d'impact sur la croissance économique dans un Royaume-Uni post-Brexit. 

« Bien que les entreprises puissent tirer des avantages et des économies de la simplification des procédures douanières et de l'allégement des droits de douane, nous pensons que ces avantages seront très limités dans le contexte britannique » ont résumé les auteurs de l’étude, Ilona Serwicka et Peter Holmes. Notamment parce que le retrait du Royaume-Uni de l’UE ne l’affranchit pas des règles de l’OMC « en matière de subventions et d'aides d'État au nom de conditions de marché égales (comme celles qui ont été incluses dans de récents accords européens de libre-échange) qui seraient certainement incluses dans tout accord commercial post-Brexit ».

Les auteurs de l'étude supputent de sucroît que l'UE sera vigilante par rapport à tout assouplissement des normes du travail et s'opposerait à des allégements fiscaux, en invoquant précisément des droits antidumping, signifient-ils.

Réduire les frictions commerciales

Le rapport estime que les ports francs portent le risque de détourner l'activité économique ailleurs et que le seul avantage de la zone franche ne sera pas suffisant pour attirer des entreprises. « Il faudra offrir un ensemble d'incitations plus large ». Afin d'élaborer une stratégie pour attirer les entreprises au Royaume-Uni après le Brexit, « le gouvernement britannique doit veiller à réduire au minimum les frictions dans le commerce entre le Royaume-Uni et l'UE », ont-il averti.

Les zones franches britanniques ont été mises en place à partir de 1984 - Birmingham, Belfast, Cardiff, Liverpool, Prestwick et Southampton ont été désignées pour devenir les premières zones franches du Royaume-Uni - jusqu'en juillet 2012, date à laquelle le Royaume-Uni a cessé de renouveler les licences des zones franches. Avant 2012, il existait cinq zones franches au Royaume-Uni : Liverpool, Prestwick, Sheerness, Southampton et Tilbury.

La rédaction