Ust-Luga©DR

Avec 544,21 Mt, les ports des bassins d’Azoz, de la Baltique, d’Azov-Don, de la Caspienne et de l'Extrême-Orient ont accusé une baissé de 2,4 % entre janvier et août. En cause, les vracs liquides selon l'Agence fédérale des transports maritimes et fluviaux Rosmorrechflot.  

Entre janvier et août, les ports maritimes russes ont traité 544,21 Mt, soit une baisse de 2,4 % par rapport à la période comparable de l’année précédente. Si le vrac sec s’en sort bien avec une augmentation de 4,2 % pour atteindre 259,38 Mt, les liquides ont particulièrement souffert, avec un repli 7,7 %, à 284,83 Mt.

En baisse, les bassins d’Azoz, de la Baltique et d’Azov-Don. Le repli la plus marqué a été enregistré dans les ports du bassin d'Azov, qui déclinent de 8,8 % en totalisant 63,64 Mt. Là, le vrac sec (19,15 Mt) n’a pas été plus épargné (- 6,9 %) que les produits liquides (-9,6 %) totalisant 44,49 Mt.

La Caspienne en forte croissance depuis trois ans

Le bassin de la Baltique, dont les ports ont traité 162,93 Mt dont 90,15 Mt d’hydrocarbures et autres produits liquides, ne résiste pas non plus à la lame de fond (- 5,3 % et – 7,8 % pour les hydrocarbures). Avec 163,82 Mt, les ports d’Azov-Don s’inscrivent en recul de 3 % et la croissance de 11 % du vrac sec (68,59 Mt) n’a pas permis de compenser une baisse comparable (-11 %) dans les liquides (95,23 Mt). 

Pour la troisième année consécutive, les sites de la mer Caspienne ont connu la plus forte croissance bien que les flux restent faibles, avec 5,62 Mt (+ 13,5 %), dont 2,39 Mt de vrac sec (+ 25,4 %) et 3,23 Mt de vrac liquide (+ 6 %). Avec 148,2 Mt et une croissance de 4,3 %, le bassin de l'Extrême-Orient ressort également dans un dynamique positive, notamment pour les cargaisons sèches (+ 6,6 %) qui totalisent 96,47 Mt alors que le vrac liquide sort étale. 

La rédaction