Depuis le 8 août, les clients du leader mondial du transport de conteneurs doivent cocher une case, obligatoire, pour poursuivre leur réservation sur son site web.

« Ce changement dans le système de réservation s'inscrit dans le cadre de ses efforts pour accroître la sécurité tout au long du processus de manutention des marchandises dangereuses », justifie Maersk, qui rejoint le cercle de plus en plus grand des transporteurs ayant annoncé ces dernières semaines des mesures (souvent des frais supplémentaires) pour contrer les déclarations erronées ou trompeuses sur les marchandises notamment dangereuses.

En effectuant une réservation sur le site, le client aura une case à cocher qu'il devra accepter pour pouvoir continuer... En cochant, il reconnaîtra qu'il a « déclaré correctement sa cargaison » et que « sa cargaison a été emballée et en toute sécurité » sachant que Maersk s'octroie le droit d'ouvrir et d'inspecter les conteneurs.

Une fois la réservation est effectuée, un texte apparaît engageant implicitement sa responsabilité : 

« Je confirme en tant qu'expéditeur (ou au nom et en pleine autorité de l'expéditeur) que : Les marchandises figurant dans cette réservation NE SONT PAS classées comme marchandises dangereuses telles que définies et/ou classées dans le Code maritime international des marchandises dangereuses 2016 (IMDG), qu'elles sont sûres pour le transport par mer, emballées et chargées conformément au Code of Practice for Packing of Cargo Transport Units 2014. Je comprends que le transporteur se réserve le droit d'ouvrir et/ou de scanner tout colis ou conteneur à tout moment et d'en inspecter le contenu ».

 

La rédaction