Malgré un exercice de meilleur tenue que le marché en termes de revenus tirés de l'affrètement à temps, 2018 reste une année difficile sur le plan financier pour Maersk Tankers

Nulle surprise au vu de l'état du marché pétrolier, les résultats de l'ex filiale du géant mondial du transport maritime Maersk ont été affectés par la faiblesse des taux du marché au comptant, qui aurait atteint son plus bas niveau depuis une décennie. Alors que le marché, dans sa globalité, a encaissé une chute des taux de 14,5 % depuis 2017, Maersk Tankers s'en tire mieux avec un repli de 2,7 %.

Le chiffre d'affaires en 2018 s'est établi à 647 M$, contre 621,1 M$ uen 2017 mais Maersk Tankers a cependant enregistré une perte de 31,1 M$, nettement inférieure à celle de l'année précédente (489,9 M$).

L'entreprise reste confiante quant aux perspectives à moyen et long terme de l'industrie des pétroliers, la demande devrait être dopée par l'entrée en vigueur de la nouvelle réglementation de l'OMI sur le soufre en 2020 et une meilleure gestion des capacités (avec le ralentissement de la croissance de l'offre de navires et l'augmentation anticipée de la demande de navires). Elle estime que les taux de fret des tankers devraient augmenter, à compter de la fin de l'année 2019 tandis que les coûts d'exploitation des navires baisseraient. Résolument optimiste donc.

A.D