MISC, Samsung Heavy Industries, Lloyd's Register et MAN s'associent pour développer un projet de navire-citerne alimenté à l’ammoniac.

Partageant la conviction que l’industrie maritime aura besoin d’intelligence collaborative si elle veut atteindre les objectifs fixés par l'OMI en matière d'émissions de gaz à effet de serre (GES) pour 2050, ce qui signifie que des navires à zéro émission devront entrer en service d'ici 2030, les quatre partenaires ont choisi d’explorer la voie de l'ammoniac comme potentiel carburant sans carbone.

« Les moteurs diesel à faible vitesse constituent le système de propulsion le plus efficace et fonctionnent déjà avec un nombre important de carburants sans émissions. Nous sommes impatients d'ajouter l'ammoniac à la liste », a fait valoir Bjarne Foldager Jensen, vice-président directeur, chef de l'activité deux temps chez MAN. Aucune autre précision n’a été formulé sur les contours de cette nouvelle association si ce n’est qu’elle ait désigné l’ammoniac comme la priorité de sa R&D. Les partenaires ont bien précisé que c’est une des technologies parmi d’autres pour tendre vers la décabornation. 

La rédaction