Comme le JMM l'avait annoncé début juillet, les deux plus grands groupes chinois de construction navale, China Shipbuilding Industry Corp (CSIC) et China State Shipbuilding Corp (CSSC), envisagent de fusionner. Ils ont été autorisés à procéder à leur opération par la Commission de contrôle et d'administration des actifs appartenant à l'État (SASAC, State-owned Assets Supervision and Administration Commission). La nouvelle entité créée – appelée China Shipbuilding Group – se substituera donc aux deux groupes chinois. Elle contrôlera neuf sociétés cotées en bourse, dont les actifs représenteront plus de 800 milliards de RMB (112 M$) avec 410 navires dans son carnet de commandes.

Pékin a nommé Lei Fanpei, président du CSSC, président du nouvel ensemble tandis que Yang Jincheng, directeur général du CSSC, et Wu Yongjie, directeur général du CSIC, ont été nommés respectivement directeur général et un administrateur.

Les deux leaders chinois de la construction navale, qui ne formaient qu'une seule entité jusqu'en 1999, ont ces derniers mois procédé à une restructuration de leur portefeuille, ce qui a alimenté d'ailleurs les rumeurs quant à la préparation d'une probable fusion. CSIC a par exemple fusionné Dalian Shipbuilding Industry (DSIC), son navire amiral, mais en difficultés financières, et Bohai Shipbuilding Industry. L'opération de concentration devrait donner naissance à un grand groupe, de nature à rivaliser le conglomérat sud-coréen né de la fusion entre HHI et DSME, une fois celle-ci achevée. Vivement incitée par le gouvernement central, la restructuration de l’industrie de la construction navale chinoise bat son plein. China Merchants Heavy Industry est en train d'ouvrir son capital à des investisseurs privés.

La rédaction