La compagnie nationale brésilienne a annoncé le 8 janvier qu’elle  suspendait le passage de ses pétroliers dans le détroit d'Ormuz, passage stratégique pour le transit de pétrole, en raison de la tension entre l'Iran et les États-Unis.

« Après une évaluation effectuée conjointement avec la Marine brésilienne, Petrobras a décidé d'éviter, pour le moment, le passage par le détroit d'Ormuz », indique le group, qui « évalue régulièrement les changements sur les itinéraires de ses navires pour éviter les secteurs qui présentent un risque pour la sécurité de ses opérations ». Le groupe n’a pas préciser de durée ni d’indications sur les éléments qui motiveraient une reprise de ses trafics.

La région connaît une forte tension depuis des mois, en raison des relations délétères entre l'Iran et les États-Unis. La situation s’est exacerbée ces derniers jours, à la suite du raid aérien américaine qui a tué le général iranien Qassem Soleimani. En riposte, l'Iran a lancé dans la nuit de mardi 7 à mercredi 8 janvier des missiles sur des bases en Irak où sont déployées des troupes américaines. Quelques heures plus tard, Donald Trump annonçait que ces missiles iraniens n'avaient blessé aucun Américain. Les investisseurs craignent cependant que Téhéran ne tente de bloquer le détroit d'Ormuz.

La rédaction