L'équipe de direction de Qatargas a visité le chantier naval chinois CSSC Hudong-Zhonghua Shipbuilding « en vue d'une éventuelle coopération dans le domaine des méthaniers ». L’événement serait anodin sans la méga commande du géant gazier qatari d’une centaine de méthaniers sur dix ans. Un appel d’offres que les chantiers sud-coréens espèrent bien rafler.

« L'avenir du GNL est en Chine », a déclaré un responsable de Qatargas, à l’occasion de sa visite sur les sites chinois de Hudong-Zhonghua Shipbuilding (groupe CSSC). L’entreprise publique de la petite monarchie du Golfe a lancé en avril dernier un appel d’offres portant sur une centaine de méthaniers pour répondre à l’accroissement de 43 % de sa production de GNL d’ici 2024. Un contrat que les chantiers sud-coréens convoitent, même si la capacité de construction consolidée de DSME, Hyundai Heavy Industries et Samsung Heavy Industries, en termes de radoub adaptés, se limite à une cinquantaine d’unités par an. À ce jour, la Corée du sud détient le leadership technologique et ce sont ses chantiers qui ont fourni entre 2004 et 2007 les 45 navires composant actuellement la flotte du Qatari

Mais la Chine a, également dans ce domaine, de l’appétit, anticipant sur les perspectives du transport de GNL. Les deux parties ont convenu de travailler conjointement au développement et à la construction d’un « méthanier compétitif » et d'explorer davantage des voies de coopération dans le secteur du GNL.

 Hudong-Zhonghua est le principal constructeur de méthaniers en Chine, qui a livré 22 méthaniers de grande taille. L'entreprise possède un siège social à à Shanghai, et trois chantiers.

La rédaction