©DR

En raison de la baisse du trafic de marchandises causée par la pandémie de coronavirus, la compagnie suédoise de ferries acte sa décision prise début avril de fermer définitivement la ligne entre Trelleborg, ville la plus méridionale de Suède, et Sassnitz, dans le land de Mecklembourg-Poméranie occidentale, en Allemagne. Une décision qui affecte 130 emplois.

C’est l'une des plus anciennes lignes de ferry en Europe que le transporteur se résoud à fermer en raison de mesures budgétaires. La sanction du marché. Stena Line avait suspendu l'exploitation de la ligne entre Trelleborg et Sassnitz en mars dernier avant d’annoncer un mois plus tard une fermeture définitive. L'entreprise et le comité d'entreprise allemand viennent de convenir d’un accord. La fermeture et la réorganisation de l'entreprise concernant 130 emplois allemands.

En raison de la pandémie et des restrictions de voyage en Europe, Stena Line a connu une forte baisse des réservations de voyage et des volumes de fret, a justifié Niclas Mårtensson, PDG de Stena Line, sans mentionner de données.

« La situation de ces dernières semaines a mis sous pression l’entreprise. Les problèmes structurels liés au manque de trafic de fret conjugué à la conjoncture qui a entraîné une chute de réservations sur le passager ne nous a laissé aucun autre choix pour assurer la pérennité de nos activités à long terme », a précisé la direction.

Navire rendu à Stena RoRo

Le ferry F/S Sassnitz, qui assurait la liaison, est actuellement désarmé dans le port d'Uddevalla, en Suède. Le navire sera remis à Stena RoRo et sera soit vendu soit affrété, selon la société. Stena Line continue d'exploiter deux lignes de ferry ro-pax entre la Suède et l'Allemagne : Trelleborg - Rostock avec les Mecklenburg-Vorpommern et Skåne à raison de 40 départs hebdomadaires et Gothenburg-Kiel avec les Stena Scandinavica et Stena Germanica (14 départs par semaine).
 
L’entreprise familiale, basée à Göteborg et filiale du groupe Stena AB, opère 38 navires et exploite 19 lignes en Europe du Nord.

La rédaction