Trois transporteurs régionaux, dont les services sont axés sur le Golfe, l'Amérique centrale et le bassin des Caraïbes, ont déposé une demande de coopération auprès de la Commission maritime fédérale (FMC) des États-Unis.

Les compagnies maritimes Crowley Liner Services (20 000 EVP, 17 navires), King Ocean Services (10 000 EVP,  11 navires) et Seaboard Marine (43 000 EVP, 26 navires), toutes basées en Floride, ont déposé une demande de « Emergency Cooperative Working Agreement » auprès de la FMC afin de bénéficier d’un régime d’exemption aux règles de concurrence et ainsi être plus armées pour faire face à la crise sanitaire mondiale.
L'accord proposé autoriserait les 32e, 49e et 77e transporteurs maritimes mondiaux à coopérer sur le plan opérationnel (partage de capacités, coordination des itinéraires et des horaires...) et à fixer leurs prix de manière indépendante. 

L’accord couvrirait les échanges maritimes entre la côte atlantique, le golfe des États-Unis, les Caraïbes, l’Amérique centrale, ainsi que la Guyane et le Suriname sur la côte nord de l'Amérique du Sud. En outre, les services à destination et en provenance de Puerto Morelos, au Mexique, entreraient dans le champ d'application de l'accord proposé. 

Faire face aux difficultés opérationnelles résultant de l’épidémie

Les trois compagnies redoutent la baisse de leurs volumes, la mise en oeuvre de mesures de quarantaine, des restrictions sur les déplacements des équipages, des opérations limitées dans les ports et sur les terminaux, etc. S'il est accordé par le FMC, l'accord d'urgence serait mis en œuvre début mai et resterait en vigueur jusqu'à la fin de l'année.

Les trois compagnies maritimes déploient des porte-conteneurs d'une taille comprise entre 500 et 2 500 EVP. Les plus grandes unités, celles de Crowley (con-ros de 2 400 EVP), opérent sur les services relevant du Jones Act et ne seraient pas donc couverts par l'accord proposé.

La rédaction