Trois entreprises coréennes – le chantier Hyundai Mipo, l'organisme certificateur Korean Register et la compagnie maritime KTMC – ont signé un protocole d'entente pour développer un porte-conteneurs de 1 800 EVP sans ballast ou en utilisant très peu. 

Dictée par les itinéraires et la vitesse envisagées, à priori du domaine du cabotage, la conception de ce navire sera du ressort de Hyundai Mipo qui possède déjà une expertise en la matière. En 2018, le chantier naval sud-coréen avait déjà livré à la compagnie allemande de services maritimes Bernhard Schulte un souteur de GNL sans ballast de 7 600 m3 construit dans son chantier d'Ulsan.

L'achèvement de cette première phase est évoquée d’ici la fin de cette année et Korean Register se chargera ensuite des inspections visant à certifier sa sécurité et l'adéquation de la conception tehcnique. Enfin, KMTC s'occupera des essais en mer afin d'évaluer « les performances, la manoeuvrabilité, l’efficacité opérationnelle » et de réaliser une étude comparative avec un porte-conteneurs classique.

Thierry Joly