Le premier souteur de GNL en mer de Chine, construit par Dalian Shipbuilding Industry Corporation (DSIC) pour une filiale d'ENN Energy, sera mis en service en 2020. 

D'une capacité de 8 500 m3, ce méthanier est le premier navire de ravitaillement en GNL du groupe ENN Energy, principal exploitant de gaz en Chine et s'inscrit dans l'ambition du groupe de jouer un rôle actif en tant que fournisseur de GNL au niveau mondial. Il devrait entrer en service en 2020 et sera basé dans le hub d'ENN Zhoushan, récemment ouvert dans la province orientale du Zhejiang en Chine. 

Conçu par le China Ship Design & Research Center, propulsé et équipé des sytèmes de traitement des gaz et des déchets par Wärtsilä, ce navire d'une capacité de 8 500 m3 est construit par Dalian Shipbuilding Industry Corp. (DSIC).

10 millions de m3 par an à terme

Le géant énergétique chinois a établi son principal terminal d'importation de GNL dans la province chinoise du Zhejiang au coeur de la zone de développement économique de Zhoushan. Un investissement de 1,5 Md$ prévu en trois phases pour atteindre à terme une capacité de 10 millions de m3 par an, dont un première étape à 3 Mm3/an, opérationnelle depuis juillet 2018. La deuxième phase devrait porter la capacité de réception à 6 Mm3/an d'ici 2020.

Le projet avait obtenu ses autorisations environnementales en février 2014 puis sa validation par les autorités chinoises en février 2015. La construction de la première phase avait commencé en janvier 2016 et livrée en 2018.

Chine, un des principaux importateurs mondiaux de GNL

ENN avait alors signé des accords à long terme, de ventes et d'achats, avec l'Américain Chevron et l'Australien Origin Energy d'Australie, ainsi qu'un accord pour acheter du GNL à Total. Les transactions totalisaient, au moment de la mise en opération du terminal, environ 1,5 Mt de GNL par an.

En 2017, la Chine a dépassé la Corée du Sud en tant que deuxième importateur mondial de GNL, avec des importations de 38 Mt, soit 46 % de plus que l'année précédente. Les importations de GNL ont notamment été dopées par les décisions gouvernementales de passer des millions de foyers au gaz naturel pour contrer la pollution atmosphérique croissante.

Pour répondre à l'augmentation de la demande et réduire leur dépendance à l'égard de l'offre des entreprises publiques, les entreprises chinoises construisent leurs propres terminaux GNL pour importer directement le combustible. 

La rédaction