Ce 24 mai, un violent incendie s’est déclaré sur la pontée du porte conteneurs de 1 585 EVP de la compagnie sud-coréenne KMTC. Le KMTC Hong Kong, alors en opérations commerciales dans le port thaïlandais de Laem Chabang. Le 26 mai au matin, l’incendie était considéré comme maîtrisé ou éteint. Mais 200 personnes ont été hospitalisées. 

D'après les premiers éléments des autorités thaïlandaises alors que l'enquête est en cours, l’incendie aurait pris naissance dans un conteneur contenant de l’hypochlorite de calcium, une substance chimique utilisée comme désinfectant et blanchissant, déjà mis en cause ces dernières années dans des précédents, notamment le Charlotte Maersk, Maersk Seoul, Maersk Londrina, Hanjin Green Earth, APL Autriche, selon le Standard P&I Club. Le feu s’est rapidement propagé, obligeant le port à fermer trois postes à quai. Un d'entre eux a subi d’importants dommages. Les opérations de secours actuelles visent à contenir une éventuelle contamination chimique, en mer, sur terre et dans l’air et à récupérer les boues liquides des conteneurs détruits ou endommagés (il y avait 676 conteneurs à bord à l’arrivée, 443 avaient été déchargés). 143 personnes ont été blessées par des substances toxiques libérées par l’explosion, 37 seraient encore hospitalisés,  y compris chez des résidents.

Parmi les conteneurs détruits ou endommagés par l’explosion et l’incendie, 5 conteneurs-citernes étaient chargés de paraffine liquide, 13 d’hypochlorite de calcium. Les propriétaires de ces cargaisons n'avaient pas déclaré les produits chimiques toxiques à la douane thaïlandaise.

Selon l’assureur P&I Club, cette substance est sujette à la dégradation thermique et libère du chlore gazeux, de l’oxygène et de la chaleur lors de sa décomposition. Il peut se décomposer lorsqu’il est exposé à des températures supérieures à 29 °C, ou en présence d’impuretés comme des poudres métalliques ou certains composés organiques. 

La rédaction