Alors que les tensions sont vives entre Washington et l'Iran, après une accumulation de faits dans cette région par laquelle transitent près d'un tiers du pétrole brut mondial acheminé par voie maritime, les États-Unis remettent sur la table l'idée d'une coalition pour la liberté de navigation dans le Golfe.

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo avait déjà lancé, en juin, un appel dans ce sens, espérant rallier plus de 20 pays, dont les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite, afin de travailler ensemble sur la sécurité maritime.

Dans une vidéo diffusée par l'agence Reuters, le général Joseph Dunford, le chef d'état-major interarmes américain, revient à la charge. Il indique « être en train de contacter un certain nombre de pays pour voir si nous pouvons fédérer une coalition qui garantirait la liberté de navigation dans les détroits d'Ormuz et de Bab al-Mandeb ». Le haut-gradé de la défense américaine estime ainsi identifer les « volontés politiques » prêtes à soutenir cette initiative. « Nous traillerons ensuite avec les militaires pour identifier les capacités spécifiques ». Selon ses anticipations, les États-Unis apporteraient « la connaissance et la surveillance du domaine maritime » et les tankers seraient escortés par les nations sous le drapeau desquelles ils naviguent. Les Américains en attendent aussi un partage des coûts.

La rédaction