©WEC Lines

Le transporteur maritime à courte distance de et vers la péninsule ibérique​ veut anticiper un « no deal » et mise sur une demande accrue de services multimodaux vers le Royaume-Uni. Il propose un nouveau service reliant Immingham, Teesport et Thamesport à Bilbao, hub du nord de l'Espagne.

Wec Lines offrira à partir du 24 octobre 2020 un nouveau service direct de transport de conteneurs entre les ports néerlandais de Moerdijk et espagnol de Bilbao. W.E.C. Lines a choisi le port de Moerdijk en raison de sa « position stratégique entre Rotterdam et Anvers, ainsi que de ses excellentes connexions maritimes à courte distance et intermodales avec l'arrière-pays », fait valoir l’entreprise. La compagnie est convaincue que le Brexit va générer une forte demande de solutions intermodales. D’où son projet de proposer des liaisons de et vers Saragosse-Barcelone-Valence-Madrid via Bilbao ; vers Thamesport-Immingham-Teesport-Blyth au Royaume-Uni via Moerdijk.

À partir du 24 octobre, un service hebdomadaire au départ des ports britanniques reliera en trois jours Bilbao, touché un mardi, « de façon à livrer les conteneurs grâce à des connexions intermodales vers Saragosse, Barcelone, Valence et Madrid ».

Flotte de dix navires

« Le transport de marchandises au Royaume-Uni est aujourd'hui extrêmement coûteux. Par exemple un trajet de Liverpool à Doncaster coûte environ 300 £ et celui de Liverpool à Immingham environ 200 £. Nous sommes fermement convaincus que le futur marché, même sans Brexit, consistera à offrir davantage de liaisons portuaires régionales. De plus, comme nous le constatons avec les problèmes actuels de Felixstowe, les transporteurs ne veulent tout simplement pas se rendre à proximité des grands ports à conteneurs », a justifié la direction de la compagnie auprès des médias.

Créée en juin 2019, la compagnie basée au Pays-Bas possède une flotte de cinq feedermax de 868 EVP et en affrète cinq autres. Elle est également propriétaire du MSC Sarah, un panamax de 4 400 EVP.

La rédaction