À moins d’un an de l’entrée en vigueur du plafond de soufre de 2020, toutes les solutions sont sur la table – scrubbers, carburant à faible teneur en soufre ou de substitution comme le GNL, GPL voire le méthanol – mais le dilemme persiste. Une ligne claire semble toutefois se dégager entre deux options : les dispositifs d’épuration des gaz (EGCS) et les carburants conformes, si tant est que ceux-ci puissent être certifiés par une disponibilité, une qualité et l’assurance d’une...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous