Le groupe maritime a confirmé que ses bureaux à Rio de Janeiro et à Sao Paulo ont été perquisitionnés par la police fédérale brésilienne dans le cadre des allégations concernant le versement de pots-de-vin à la compagnie pétrolière nationale entre 2002 et 2012. Maersk est accusé d’avoir versé 3,4 M$ pour obtenir des contrats de transport de la part du géant brésilien de l’énergie. La major pétrolière est empêtrée depuis plusieurs...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous