Pour Drewry, les alliances actuelles ne peuvent être tenues responsables des orientations générales de l’industrie du transport maritime – celles qui ont poussé les transporteurs dans une course aux économies d’échelle (elles-mêmes motivées par la faiblesse des rendements) en investissant dans des méga-navires. « Les alliances maritimes actuelles se sont créées à un moment de grandes difficultés financières qui ont entraîné la disparition de Hanjin. En l’...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous