En matière de réparation navale, les sites européens historiques, tels Rotterdam ou Hambourg, sont aussi soumis à rude épreuve avec une double concurrence tant des pays d’Europe de l’Est que d’Asie, qui elle, n’épargne aucun segment du marché, ni la maintenance ni les opérations plus complexes de refit, peut-on lire dans une étude de l’Isemar ( État des lieux de la réparation navale , octobre 2016), esquissant une géographie mondiale du secteur sur lequel il n’y a pas de d...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous