Tout au long de l’année, de Cherbourg à Dieppe, du Havre à Caen, les ports spécialistes du transmanche, points de passage entre l’Europe et le Royaume-Uni, ont agité les « warning » à tous les étages, craignant que la sortie sèche du Royaume-Uni sonne le glas de la libre circulation des marchandises, principe cardinal qui régit ce marché. Ils se sont relayés tout au long de l’année dans les médias pour alerter sur les moyens et ressources qu’il faudra déployer...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous