En 2018, les flux breakbulk du port de Rouen ont été largement induits par l’activité de l’usine de Déville-lès-Rouen du métallurgiste Vallourec, qui a pesé 165 000 tonnes. Située « au milieu de la chaîne », ce site industriel effectue le traitement thermique de tubes en provenance et à destination d’autres unités du groupe au Brésil, en Allemagne, en France, en Écosse et au Nigeria. Leur pré et post-acheminement est pour l’essentiel assuré par voie...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous