Depuis 2004, date de l’adoption par l’OMI de la Convention internationale sur le contrôle et la gestion des eaux de ballast et sédiments des navires (BWM), le sort des passagers clandestins – bactéries, micro-organismes, algues et espèces animales que les navires embarquent lors du remplissage ou vidange des eaux – est soldé. Depuis son entrée en vigueur le 8 septembre 2017, l’organisme international réglementant le transport maritime impose aux navires neufs (soit quelque 1 000 unités par an) d’ê...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous