Comment BIO-UV Group a-t-il anticipé le marché du traitement des eaux de ballast? Benoît Gillmann : En 11 ans, nous avons investi 11 M€ en R&D et en processus de certification: tests à terre et à bord par des laboratoires indépendants, analyses bactériologiques…Avec 50 000 bateaux concernés, le marché mondial représente un potentiel de 15 Md€. L’activité pèse déjà 60 % de notre chiffre d’affaires global, qui s’est élevé à 12,4 M€ en...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous