Le 27 février dernier, le port de commerce de Brest était en état d’alerte, les principales voies d’accès barrées par la police et des véhicules d’intervention des sapeurs-pompiers à l’ouvrage. La raison, un risque d’explosion d’un silo d’environ 40 m de haut du négociant américain de céréales Bunge, d’où s’échappaient des fumées, laissant présumer une fermentation des graines de soja. Il a finalement été nécessaire...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous