Les deux ports languedociens accusent le coup. Sète enregistre 22 000 t en 2018 (27 000 t en 2017), « sachant que le tonnage moyen était auparavant d’environ 80 000 t », indique le port héraultais. En cause: la concurrence des blés étrangers, plusieurs mauvaises années de production, un hinterland peu attractif par rapport à ceux de Port-la-Nouvelle ou de Fos-sur-Mer, « et des arbitrages de groupes peu favorables », liste Arnaud Rieutort, directeur commercial de l’EPR Port Sud de France, gestionnaire du port...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous