Comment expliquez-vous la préemption des marchés traditionnellement approvisionnés par la France par les pays de la mer Noire? Frédéric Guillemin : C’est un problème spécifique aux céréales françaises: le cadencement se fait seulement sur quatre, cinq ou six mois. En début de campagne, la commercialisation est au strict minimum. Il y a un jeu de rétention par les producteurs qui espèrent ainsi encourager les prix à la hausse. Mais les clients meuniers, eux, règlent leurs moulins d...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous