Vous employez volontiers l’expression de « port entrepreneur » pour exprimer votre vision. Les ports ne l’étaient donc pas jusqu’à présent. Pascal Gabet: Avant, le port aménageait des quais et des terminaux et attendait que les entreprises s’implantent. À ce jeu, on atteint vite ses limites. Rouen en a fait les frais. On faisait des appels à projets et personne ne se manifestait alors que le secteur industriel y est bien représenté. Cela questionne notre attractivité surtout si on la met en...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous