Pas d’accord, disaient les représentants des industries maritime et portuaire alors que Boris Johnson cherchait, dans la journée du 28 août, à suspendre les travaux du Parlement britannique pendant un mois, du 9 septembre jusqu’au 14 octobre, ne laissant plus aux députés qu’une semaine, en septembre, et une quinzaine de jours, fin octobre, pour discuter d’un deal ou « no deal » avant le couperet du 31 octobre. Ils assistaient alors, inquiets, à ce qui s’apparentait à une tentative d’emp...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous