Quelles sont vos ambitions dans le secteur heavy lift ?

Martijn Schuttevâer : Nous dévoilerons un business plan en mars prochain mais je peux déjà dire que notre stratégie vise le segment haut du marché. Il va s’agir pour nous d’être actifs dans deux domaines offshore. Le premier concerne les transports d’éléments destinés à des installations pour l’industrie pétrolière et gazière, notamment vers le Moyen-Orient. L’autre vise les énergies renouvelables, comme par exemple l’acheminement de composants pour des éoliennes en pleine mer.

Peut-on s’attendre à une vague consolidation ou à une exacerbation de la concurrence dans le transport conventionnel ?

M. S. : Ces dernières années ont en effet été marquées par un regain de tension entre les acteurs du marché. Notre priorité est pour l’heure d’améliorer notre rentabilité. Mais il est difficile de prévoir ce qui va se passer à court terme. Cette conjoncture nous incite à la prudence.

Au sein de votre portefeuille d’activités diversifiées, quelles sont celles qui apparaissent les plus prometteuses pour les prochaines années ?

M. S. : Le transport offshore. En témoignent les récentes commandes que nous avons enregistrées auprès de clients que nous ne pouvons pas nommer pour des raisons de confidentialité. Nous tablons sur un regain d’activité avec les compagnies pétrolières et gazières et un développement de l’éolien.