La coopérative de lamanage de Marseille et du golfe de Fos a réalisé 17 013 opérations en 2018, soit près de deux fois plus que d’escales : 7 379 dans les bassins Est et 9 634 dans les bassins Ouest (conteneurs). Leur nombre est constant (80 opérations de plus que l’année précédente) malgré l’accroissement de la taille des navires.

Conséquences de cette tendance, « les opérations sont plus longues et réclament plus de ressources », explique Franck Rossi, président de la coopérative de lamanage de Marseille et du golfe de Fos. Le conseil d’administration a validé la construction de trois vedettes de 8 m. Les trois stations de Fos pétrole (qui intervient sur les darses 1, 2, 3 et sud), Port-de-Bouc (Lavéra et canal de Caronte) ainsi que Marseille exploitent une vingtaine de canots, désormais tous équipés de propulseurs d’étraves, « permettant de travailler plus longtemps sous le pont avec plus de sécurité, même si la technique est différente ». L’évolution du trafic du Grand Port maritime de Marseille en faveur du conteneur incite aussi les lamaneurs à se pencher sur la construction d’une nouvelle station où assurer leurs bordées de sept jours. Ce bâtiment pourrait se situer en bout de darse 2 de Fos, au plus près des terminaux à conteneurs. La moitié du personnel de la station de Fos y serait transférée. Avant cela, la station de Fos, attaquée par le sel marin et le minerai d’ArcelorMittal, doit être rénovée. Début des travaux espéré dès janvier.