À Valence, premier port espagnol pour les conteneurs, l’opérateur chinois, qui contrôle son principal terminal à conteneurs (2,8 MEVP en 2018), ne prévoit pas d’extension massive de capacité. Le groupe n’a pas présenté d’offre pour le 4e terminal à conteneurs, mais entend bien faire de Valence son hub stratégique en Espagne. Une partie du quai (500 m sur 2 310 m) a été approfondie pour pouvoir accueillir des navires de plus 22 000 EVP : 3 grues capables de traiter des Malacca Max...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous