Depuis le mois de mai, les incidents autour de la péninsule arabique ont réactualisé la menace de blocage du détroit d’Ormuz. Pétroliers, drones, installations pétrolières sont victimes, comme en 1987, d’attaques sans qu’il soit possible d’en attester l’origine. Les victimes sont iraniennes, saoudiennes, britanniques mais aussi émiraties, japonaises et norvégiennes, trois pays favorables à la cause de l’Iran. Contrairement à 1987, des pavillons de complaisance ont réagi :...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous