L’accord de retrait du conservateur Boris Johnson ayant été approuvé par le nouveau Parlement élu début janvier, les opérateurs de ferries sur la Manche ont été épargnés par la perspective d’un scénario de « no deal ». Du moins pendant un an puisque le Royaume-Uni quittera l’UE d’ici le 31 janvier. Il reste désormais à Londres à négocier un contrat régissant sur le long terme les relations économiques et commerciales avec le bloc...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous