Le 5 décembre, les dockers amarrent les piquets de grève sur les quais, colère en bandoulière contre le projet de réforme qui doit accoucher d’un régime de retraite universel en lieu et place des 42 actuels, dont ceux dits spéciaux. Le 17 février, soit plus de deux mois plus tard, les députés entament l’examen du projet de loi pour une session parlementaire qui doit, en théorie, durer 3 semaines mais que les 41 000 amendements déposés vont sans doute éterniser, à moins que le...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous