2019 fut une année particulière pour le port aquitain, marquée par la réorganisation de l’activité de manutention (la société Bordeaux Atlantique Terminal a été reprise par le port fin 2018), un changement de gouvernance et une longue mise en place du Conseil de surveillance. S’y sont greffées des tendances qui se confirment d’année en année et sur ses secteurs clés. Les importations d’hydrocarbures accusent un nouveau fléchissement (– 58 000 t, à 3,5 Mt). Les...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous