OPEP
 : 
30 % des armateurs ne se conformeront pas rapidement au plafond de soufre

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) s'attend à un niveau élevé de non respect du plafond de soufre de 2020, en particulier au cours des premières années d'application. Quoi qu'il en soit, les groupes pétroliers sont à la manoeuvre. Exxon, Shell et Total s'agitent ...

Bourbon : une passe très difficile

Le spécialiste des services maritimes à l’industrie pétrolière Bourbon traverse une situation financière très difficile et qui s’étire. Et les derniers résultats semestriels ne contrarient pas le mauvais sort. Il a frôlé la cessation d'exploitation.

GNL
 : 
Une flotte de brise-glaces au GNL ?

Le numéro deux du gaz russe Novatek, a annoncé mercredi la création d'une co-entreprise avec l'agence nucléaire russe Rosatom pour le développement d'une flotte de brise-glace carburant au GNL.

Soufre
 : 
Hapag Lloyd fait également part de ses inquiétudes

Après Maersk, qui a fait part d'un certain nombre de doutes quant à la nouvelle réglementation sur le soufre qui doit être en vigueur en 2020, Rolf Habben Jansen, PDG de Hapag-Lloyd, vient d'exprimer les siens à l'occasion du SMM de Hambourg. Côut des énergies futures, manque d'anticipation des fournisseurs, surcoûts financiers ...

IMO 2020
 : 
Scrubbers ou pas scrubbers ?

Si les fabricants de scrubbers voient leur carnet de commandes enfler sous l’effet des exigences de l’OMI de 2020 sur les émissions de dioxyde de souffre, la prudence chez les armateurs prévaut.

Gaz
 : 
Total devient le deuxième acteur mondial dans le GNL

Total poursuit sa stratégie de diversification dans le gaz. Dernière opération en date, l’acquisition des actifs amont de gaz naturel liquéfié d’Engie. Le groupe pétrolier récupère une flotte de méthaniers et d’unités flottantes de stockage et de regazéification.

GNL
 : 
Le bon timing pour commander des méthaniers ...

Trop tôt ou trop tard. Le boom du commerce de GNL est un fait. Il a enregistré en 2017 sa troisième année record consécutive. Les nombreux projets d'investissements devraient inévitablement doper la demande de transport maritime mais tout repose sur le bon timing de façon à ajuster la capacité de la flotte avec la demande de transport. Or, période charnière de faible croissance à prévoir. Le GNL s'imposerait-il comme le combustible de choix sur les marchés du monde entier ? Après...

Pages