Dunkerque rejoint la coalition « Getting to Zero »

Le port des Hauts-de-France contribuera au groupe de travail « Fuels and Technologies » de la coalition « Getting to Zero », l’une des premières alliances d’entreprises créées pour favoriser la décarbonation du transport maritime. L’armateur danois Maersk fait partie des membres fondateurs.

Céréales : les campagnes se suivent et ne se ressemblent pas

En dépit des chahuts de l'année, grèves de décembre et janvier, crise sanitaire à partir de mars, les céréales françaises ont eu le vent en poupe sur la dernière campagne. Excellents rendements, belle qualité, le blé français a été très demandé et ce, tout au long de l'année. Les silos ont fait le vide bien avant la fin de la campagne pour laisser la place à la nouvelle moisson, qui s’annonce plus morose.

Brexit : le calendrier des contrôles aux frontières

À l’issue du quatrième round de négociations en juin, l’UE et le Royaume-Uni se sont quittés en bons termes, mais sans accord. Pour qu’un texte soit ratifié et puisse s’appliquer à compter du 31 décembre 2020, date de la fin de la période de transition, un accord complet doit être trouvé d’ici le 31 octobre 2020.

Soufflet se prépare à accueillir de plus gros navires à Rouen

Suite à l’approfondissement du chenal d’accès au port de Rouen, des travaux sont entrepris pour moderniser le terminal céréalier Soufflet de Canteleu, qui sera accessible aux navires de 230 m de long et 53 000 t de port en lourd. Le groupe céréalier y a investi 10 M€ de concert avec Haropa - port de Rouen qui avait prévu un montant de 7,8 M€ pour ces travaux.

Un énième rapport sur la compétitivité portuaire

Après de nombreux rapports et plusieurs réformes, les sénateurs s’inquiètent, s’impatient et sonnent à nouveau la charge, demandant d’urgence de « passer à l’action ». Ils formulent dix propositions de relance et pressent le gouvernement de présenter au plus vite la « véritable stratégie nationale portuaire » promise en 2017.

[Enquête congestion fluviale] À Anvers, le minimum de 20 mouvements ne passe pas

Anvers subventionne des hubs en amont du port pour massifier le transport fluvial et limiter les mouvements sur ses quais. Les opérateurs fluviaux n'y trouvent pas leur compte et mettent en place leurs propres solutions. À Anvers, chaque bateau fluvial dessert systématiquement tous les terminaux, parfois pour un nombre très réduit de boîtes. Depuis fin 2018, un minimum de 20 mouvements par escale est donc imposé aux barges. Les opérateurs fluviaux sont ainsi incités à massifier sur un seul bateau les conteneurs à...

[Enquête] : Anvers et Rotterdam s’organisent face à la congestion fluviale

Malgré la baisse d’activité, les bateaux fluviaux continuent à subir des temps d’attente dans les terminaux maritimes. Hubs de consolidation des trafics en amont, limitation du nombre de barges, plateforme numérique d’échanges de données, portique dédié au fluvial : Anvers et Rotterdam déploient des stratégies différentes et des solutions variées.

Les mégamax de HMM créent le spectacle en Europe

Ils sont douze, tous capables de charger plus de 23 000 EVP et portent le nom d’un port européen. Depuis le début de l’année, les chantiers navals sud-coréens DSME et SHI les livrent à pas cadencés pour qu’ils soient déployés sur la longue route commerciale reliant l’Asie à l’Europe du Nord. Chaque escale inaugurale en Europe fait l’objet d’une véritable théâtralisation. Le HMM Oslo était au Havre. On en oublierait que la demande...

Le ferroviaire, outil de conquête de nouveaux trafics pour Dunkerque

Le port des Hauts-de-France capitalise sur ses infrastructures totalement rénovées pour accroître l’hinterland de son activité conteneurs au-delà de sa seule région région et de la Belgique transfrontalière. Le champ d’action portuaire s’est considérablement développé grâce à la relance des trains combinés, qui ont prouvé leur pertinence commerciale un an après leur lancement.

Pages